Le chat, Lewis et moi

Intention de l’auteur

Lewis possède une imagination particulièrement fertile, il pense et agit en toute liberté Sa fantasmagorie questionne, et inquiète. Il est considéré par les autorités comme un facteur de désordre La science, par l’intermédiaire de ses représentants, est mandatée pour cerner la personnalité de l’individu.Admis comme un cas clinique, Lewis est donc convoqué par un collège de médecins qui va décider de son sort. Lewis quand à lui, cherche sa fille disparue. Sa quête l’entraîne dans les dédales de sa pensée, il tente de juguler l’insupportable absence et le manque de sa fille, creant un monde imaginaire ou sa fille Alice est le personnage central
Confrontation entre realite et fiction.

Les chansons  du spectacle…

l’embouchure

Je joue de l’embouchure
Un petit instrument
Je joue bien en mesure
Juste devant mes dents

Le son est rigolo ,les notes en tremolo
Ça m’amuse,j’en abuse
Et je rejoue encore, toujours un peu plus fort
j’en abuse, Ça m’amuse

Je joue de l’embouchure
Bien assis sur mon banc
Je joue je vous l’assure
Et puis j’ai tout mon temps

La musique est ainsi, et pour cela je ris
Ça m’amuse, j’en abuse
Quand je verrai le chat, je lui montrerai ça
j’en abuse, Ça m’amuse

Je joue de l’embouchure
Je le fais en révant
Au chat mais c’est bien sur
Il existe vraiment

Je retrouve mon lit, puisqu’il en est ainsi
j’ai sommeil, au reveil
je rejouerai un air, mais je devrais me taire
il est temps de dormir, il me reste un soupir
( grand soupir)

 

Un site utilisant WordPress