Tramp à Epinal en juin 2020

forbidden1

Léon Tramp revient dans la rue, en juin 2020 au festival Rues et Cies, à Epinal pour sa nouvelle création burlesque Forbidden Games

Un guitariste britannique doit assurer un concert classique, il est en retard et rien ne semble fonctionner comme prévu. Tout lui échappe, guitare et son support, micro et son pied, ampli.  Le concertiste voit également son complice  lui mettre des bâtons dans les roues. Tout semble se liguer contre Léon TRAMP pour faire avorter le concert. Malgré ces entraves, Léon doit assurer, c’est là, sa prétention, il doit être le meilleur, le plus grand, pour le jour de sa première représentation où enfin il va pouvoir exprimer tout son talent de guitariste…enfin il l’espere
Durée : 30 minutes
Mise en scène et interpretation

Forbidden Games

Christophe MARTIN

 

 

 

 

Les méfaits du tabac versus Tramp et l’amour

tramp2webmefaits

Les Méfaits du tabac  est une pièce-monologue en un acte d’Anton Tchékhov parue en 1902. Ivan Ivanovich Nioukhine est l’économe d’un pensionnat de jeunes filles dont sa femme est la directrice. A la demande de celle-ci, il fait une conférence sur les méfaits du tabac dans un cercle de province. Vous allez voir que cette conférence est tout sauf un exposé médical sur les dangers de la tabagie.

Double conférence en route pour Saint Etienne le 27 décembre 2019  au théâtre des Brankignols et au théâtre de la Violette les            16. 17. 18 janvier 2020  à Toulouse .

et le but …

abricot

Ebauche de décor
Tramp : Guitariste
Tabarin : Accessoiriste, Mr Jones , magicien

l’abricot avance…avec jean Luc la palma, l’histoire d’un artiste âgé et de son complice de vie, de scène, un type qui rate, un peu raté aussi , en quête de reconnaissance, cette reconnaissance qui ne vient pas, quand on la cherche, « elle vient le jour où vous ne vous y attendez pas, Michel Dallaire ».Je ne crois pas à cela… En quelques jours, mes interrogations se sont précisées, je m’accommodais jusque là , d’une pensée fugace, imprécise, cette pensée est celle ci « Il y a un but  » . Je vis tous les jours , un cortège de petits films et son cycle de recommencement obligatoire, des successions de moments forts, faibles ou inqualifiables, avec des débuts, des milieux, des fins, autant de petites morts à surmonter, l’absence, la séparation, l’épilogue de scène, etc.., la preuve par trois, que le but n’a pas sa place dans cette mécanique, alors de vastes sillons de langueur monotone, creusent le lit du puissant fleuve, tentant de dévier l’inéluctable écoulement. Puis, du jour au lendemain, tout se remet en question, quand la pensée d’une jeune âme s’impose et dévaste en un mot votre  » grande réflexion »
Eden : ‘J’ai trop envie de revoir ton spectacle ‘, il y a donc un but et je ne regarde plus devant, mais à côté de moi.