Aurillac 2014

Un départ difficile (manque de sommeil) et une préparation cahotique pour le premier soir, la premiere fut pourtant de bonne facture , la suite va s’avérer bien meilleure. Décidé à gérer plus efficacement mon séjour dans le cantal (artistiquement et physiquement) une organisaion a été mise en place.

SUNP0037

Léon le conteur

epou21

habillé d’un sac, les pieds nus

epou11

Le petit toro

Flyage à partir de 14h à proximité du lieu de jeu, puis reflyage une heure avant. A  18h et grâce à l’aide de Paolo, nous avons assurés le transport du materiel sur le lieu de jeu, en deux fois , soit 1km 200 aller retour  un truc epuisant, tout ceci au milieu de la foule.Et puis le spectacle a débuté , les enfants furent  joyeux, les adultes surpris, les ados conquis, le rire en supplément , l’émotion aussi. Quel bonheur cet Aurillac 2014, un spectacle bien reçu, du monde pour le regarder…..

epou14

La petite fille et Léon

 

Quelques photos en prime.  Des rencontres fortuites de spectateurs qui ne devaient pas voir ma conference l’annee passée  et qui ont vu l’arbre cette année, chouette moment et puis ces ados definitivement acquis, heureux d’avoir assisté une telle proposition….

Les photos

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Article du midi libre sur  » TRAMP et l’Amour « 

 

vias
3 juillet 2014 au fût de scène à VIAS-Plage

Il fallait avoir un bon « trampérament » pour supporter cette « trampgédie » burlesque sur l’amour d’un comédien qui se glisse dans le rôle étriqué d’un conférencier étroit comme son accoutrement. Le spectacle dure une heure, avec une deuxième partie qui voit le personnage partir dans les tours à devenir excellent, Brian et Sonia dans l’explication de l’art contemporain est un moment de bravoure. Léon Tramp sera de nouveau au fût de scène le 7 août si vous aimez passer un moment décalé ce spectacle est fait pour vous.
Christian Bourduge Midi libre
christianbourduge.midilibre@orange.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le fût de scène

La conférence continue à Vias Plage au fût de scène chez Olivier de Maurepas, un vigneron/ comédien  passionné de théâtre
Je jouerai chez lui TRAMP et l’amour
le 3 juillet et le 7 août

 trampcc

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’arbre papa

                                  

l'arbre sur mailchimp                          Autour d’un épouvantail, qui prend racine et qui devient un arbre, un égrenage de vie par les saisons , un spectacle pour enfants. C’est un conte philosophique sur la solitude, la paternité,  les rapports sociaux. Le personnage vient raconter aux enfants une histoire, son histoire, il leur montre des dessins. Magie, il y a là tout ce qu’il faut pour entrer dans le personnage d’épouvantail ( sac en toile de jute, tête à fils,…) et conter une histoire…la petite fille arrive…mais chut, tout est en train  de se faire ..

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Secours populaire à Pézenas

midilibre

MICHELLE RIVIERE
13/12/2013, 14 h 41 | Mis à jour le 13/12/2013, 17 h 27
Léon à Pezenas
Les enfants et leurs parents ont été invités à participer à un bel après-midi récréatif.

Belle après-midi offerte aux enfants et leurs parents, mercredi à la salle Bonnafous, par le Secours populaire. Car, comme chaque année, l’équipe de bénévoles de la structure piscénoise était sur le pied de guerre pour que tout se passe dans la bonne humeur et la joie. Avant le goûter, les tout-petits passaient de la réalité au rêve, avec le Théâtre de carton et ses marionnettes animées par Rosario Alarçon. Déjà très connue sur le Piscénois pour ses interventions, la marionnettiste a une fois de plus conquis son public.
Suivait ensuite, El concierto improbable, donné par Christophe Martin de la compagnie du Léon. Leon Tramp était le héros de cette histoire… Ce dernier passionné de musique, rêvant depuis son plus jeune âge d’être un chef d’orchestre. C’est donc ce maestro de fortune à fort accent italien, qu’ont rencontré les petits Piscénois. Il était accompagné d’Ana, une assistante clown des plus sévères, qui a tenu d’une main de fer un public déchaîné, dans ce spectacle interactif. Situation burlesque et moments ubuesques improvisés ont fait de cette intervention une belle parenthèse. C’était un peu la cour de récréation pour les enfants, qui s’en sont donnés à cœur joie dans l’interprétation d’une chanson commençant par Lalala et finissant par Tchitchitchi… Une fois encore, le Secours populaire a remplacé le Père Noël, très occupé ailleurs, avec brio. Les enfants ont été les rois de la fête et surtout bon public, tout comme leurs parents, ravis de participer à une telle manifestation.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Quelle aventure !

joyeux1

Nîmes, le 13 décembre, Clos d’Orville
Oui quelle épopée dirai je à propos  de  ce rendez-vous dans la rue à Nîmes pour jouer devant les enfants du quartier du clos d’Orville.  Arrivés précipitamment, nous avons du nous hâter de commencer. Ainsi dans le stress mais avec le soutien calme de Jean Luc ( le magicien) et de Catherine et Jean Claude, le jeu s’est déroulé. Le responsable était fâché de notre retard, le clown a réglé ses comptes en jeu en lui disant qu’il était méchant, premier sourire. A  la fin, nous nous sommes embrassés, moment fraternel, je ne sais plus si c’est Léon TRAMP ou Christophe Martin qui a fait cette étreinte, Michel Dallaire parle de cette confusion, je la vis très souvent. Tout ça   m’a remémoré Sarlat et la prise de risque énorme de faire chanter un public  qui est partie prenante dans le processus spectaculaire.  J’ai eu quelques frissons, ce genre de truc c’est « ça passe ou ça casse ».  J’ai pris beaucoup de plaisir à clowner dans la rue  avec Ana  et ceci avant et pendant le spectacle. Le spectacle décousu par quelques interventions du comité de quartier et la distribution de friandises a plu à l’ensemble des personnes présentes, quelques séquences de rire pour les enfants, ont dominé le moment. Le petit papa Noël en rap  en a surpris plus d’un, la version Tino ne me semblait pas adaptée dans ces circonstances. Ensuite avec le petit noyau artistique Catherine, Jean Luc et Jean Claude, nous avons bu un coup rapide  pour qu’Ana puisse rejoindre sa famille impatiente, moment chaleureux, merci Catherine, Jean Luc et Jean claude, vive le clown chouette, et comme dirait Léon …heu….fait pas cho… hein ?…….. non ?

Au fait Eden, 6 ans, m’a fait remarqué que j’avais oublié  les deux petits points de noel sur le message.. heu nöel..non  heu noël sur le e …d’accord :) !

Le film ……chouette !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

ça avance ?

aurillac 2011

Beau bilan d’Aurillac 2013,  parti seul au combat, j’en mesure encore les effets  maintenant. Comme un soldat égaré, cherchant son bataillon, les pieds dans la boue, le manteau lesté par une pluie épaisse,  cantine  en bandoulière  dont la casserole bruyante rythme  un  pas syncopé, viens ça bouge par-là !  , Regarde t’as vu ça ! , Non mauvais plan, je continue le chemin. Tu es comme moi, tu cherches ta route m’as dit Titi, c’était chez les compagnons, ce jour là, j’ai trouvé un chapeau haut de forme, à 10€, merci TiTi. C e que je sais du clown depuis ? Je déteste ce clown naïf avec un gros nez, poète avant de faire rire, touchant avec d’être grotesque  Tiens, je vais remettre le nez, c’est une commande, comment vais je le porter ? On verra,  Ana sera là, nous verrons bien si le clown est convoqué le vendredi 13. C e que je sais donc ? J’ai travaillé sur un prétexte très technique, il y a beaucoup à revoir, ça fonctionne en tout cas, Malgré ce gros travail technique, il faut lâcher le prétexte pour être en lien et à la fois ne pas lâcher (ne pas s’empêcher de faire quelque chose à cause du public)…Je me souviens de cette sortie de  » résidence » chez  les pêcheurs, il n’y avait qu’un prétexte et la frousse, ce fut moyen..Quand même 80 euros …à bientôt ! Christophe Martin

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

C’est quoi le clown ?

 Plaisir, présence sur scène, clown, centre, personnage, Christophe Martin, liberté, amour.. Voilà je pose un je retiens 2, oui, toutes les pièces du puzzle sont réunies, je décide de comprendre grâce à l’éclairage d’Edmond Morsilli rencontré le vendredi 22 février 2013  à Lyon  pourquoi le plaisir du jeu disparaît, pourquoi le personnage est une prison, pourquoi, alors que tous les éléments sont identifiés, je ne trouve aucune solution à ce puzzle artistique.

J’en arrive au constat qu’un  puzzle reconstitué n’est pas la solution, il n’y a pas dans l’exercice du clown de rationalité, de paramètres définis dont on peut admettre que ce sont les variables d’une équation. Nous ne pourrons pas considérer  qu’au bout du compte le rubixcube clown retrouvera ses facettes égales, visibles, intelligibles, compréhensibles, dans l’empirique moment de la logique du jeu. Quand bien même nous tenterions d’aboutir à cette solution, nous serions en face, du  centrage du clown, oui,  le centre. Le centre, alors que le clown est excentré (excentrique) comme nous le savons, d’autres notions connexes apparaissent ainsi prison ou contraintes, puis  liberté…..

Inversion: Le personnage est le centre, je suis excentré. Ainsi je suis sur le chemin, du clown, je n’ai pas perdu de temps comme je le redoutais. Cette recherche est bien spasmodique. Elle fut plaisir de jeu, instinct, fraîcheur, moment, instantanéité, elle devint écriture du prétexte, contrainte, enfermement. Elle est pour la suite, agglomérat d’entités, fusion, réaction avec chaîne et sans chaîne. Le personnage est nécessaire à la représentation, et je dirai que le prétexte est le personnage, le centrage. L’écriture scénaristique est accessoire, elle existe pour préciser le personnage, pour rendre accessible, lisible la proposition publique ceci afin de laisser le temps à l’excentrique de construire son histoire d’amour avec le public. Qu’est  ce qui  justifie ma présence sur scène ? Quelle est l’origine de tout cela ? Exister en tant que Christophe MARTIN, puisqu’il est avéré que la liberté de jeu est proche de moi. Dans notre expression vitale protéiforme,  nous pouvons exister, nous mouvoir, penser, agir, être, s’il existe le « principe » de liberté au sens organique physiologique du terme, je ne parle pas ici de liberté inscrite dans une  collectivité et tout l’aspect de représentation sociale que cela entraîne (la question se posera  dans un second temps pour le clown sur scène). Comme le dit Edmond, le personnage c’est le passé sur scène, ce n’est pas une proposition du présent, du vivant, en tout cas si le personnage existe ce n’est pas moi, c’est un comédien qui joue et qui s’amuse à jouer et rejouer. Le vivant, c’est Christophe MARTIN sur scène, celui que le public réclame, c’est moi, rien d’autre que moi et non pas une représentation de moi même, l’excentrique est donc là, beaucoup plus proche que prévu. Si je suis excentré, c’est cependant un  peu plus que Christophe MARTIN sur scène, c’est moi libre, qui ose, qui montre, le caché, l’enfoui, qui transgresse, qui défie la norme, qui bouscule, qui se bouscule etc….c’est celui qui accepte le vertigineux moment du vide, pour exister, être libre, vivant, pour se nourrir d’une vraie relation et pas d’une convention de jeu, le public participant au jeu et acceptant la convention  que propose l’artiste, parce que le rendez vous est fixé, parce que le lieu est un théâtre etc etc. Le clown n’est donc pas un personnage, je suis d’accord avec toi Edmond.
Donc, cela veut dire que, concrètement après la dernière à TABARD, j’ai pu valider le fait que le personnage et le clown coexistent,cohabitent sur un mode schizophrénique. J’ai cru jusqu’à ce jour que tout se passait dans l’enveloppe, le carcan du personnage, que tous les élans, les possibilités d’envols partaient de lui. C’est humainement et artistiquement d’une extrême difficulté. Il existe une autre voie, cette voie considère deux fonctionnements distincts, c’est à ce prix que la liberté de jeu peut s’exprimer sans retenue. La trame et le personnage sont le prétexte, je suis l’électron libre qui virevolte autour de ce prétexte. Pourquoi prendre cette solution ? parce qu’elle donne du bien être en scène, du plaisir de jeu , tous les sens sont enfin en éveil. Il y a ainsi un duo sur scène, et si l’être en scène n’est plus seul, il se nourrit du personnage,En résumé le partenaire du clown soliste n’est pas uniquement le public, c’est aussi le personnage, ce qu’il fallait démontrer.

Ces pensées renvoient au texte : Tout spectacle de clown est voué  à l’échec

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pour que tu penses à moi !

pense à une fleur violette et à un oiseau bleu
Eden …

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Retours spectateurs Saint Etienne

Evenement FACEBOOK
Laurence Derail
nous avons passe une soiree tres agreable avec toi sur le theme de l amour et apprecie notre discussion autour d un verre 27 janvier, 10:21

Grégory Provenzano
Qu’est que l’amour ? tout au long cette « spéctaco-conférence » se tramait en mon esprit cette définition que, ce matin, mon PC m’a aider à mettre bas. DIXIT WIKI… L’amour désigne un sentiment d’affection et d’attachement envers un être ou une chose qui pousse ceux qui le ressentent à rechercher une proximité physique, spirituelle ou même imaginaire avec l’objet de cet amour et à adopter un comportement particulier. En tant que concept général, l’amour renvoie la plupart du temps à un profond sentiment de tendresse envers une personne. Toutefois, même cette conception spécifique de l’amour comprend un large éventail de sentiments différents, allant du désir passionné et de l’amour romantique, à la tendre proximité sans sexualité de l’amour familial ou de l’amour platonique et à la dévotion spirituelle de l’amour religieux. L’amour sous ses diverses formes agit comme un facteur majeur dans les relations sociales et occupe une place centrale dans la psychologie humaine, ce qui en fait également l’un des thèmes les plus courants dans l’art. Le verbe français aimer peut renvoyer à une grande variété de sentiments, d’états et de comportements, allant d’un plaisir général lié à un objet ou à une activité (« j’aime le chocolat », « j’aime danser ») à une attirance profonde ou intense pour une ou plusieurs personnes (« j’aime mon mari », « j’aime mes enfants »). Cette diversité d’emplois et de significations du mot le rend difficile à définir de façon unie et universelle, même en le comparant à d’autres états émotionnels. Ainsi va la maÏeutique, Merci Platon, Merci Léon.4 · 27 janvier, 09:27

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Aurillac dans la rue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Aprés midi avec le secours populaire

ana1ana2

 

Bel après midi avec Ana devant des enfants très turbulents. Je suis  satisfait de ma petite clownette assistante, elle est  vraiment douée pour la scène. Mon instinct ne m’a pas trompé, je l’ai briefée, bousculée, interrogée, j’ai catalysé en elle certains commandements de jeu, elle fut très présente sur scène. Nous avons du gérer ensemble  des enfants dissipés, interventionnistes, sans concessions,  pendant une bonne partie du spectacle, notre scénario en fut affecté. Nous avons du tronquer une partie du spectacle, les enfants devenaient incontrôlables, sans doute usés par l’attente. L’animation qui nous précédait s’éternisait et entamait sérieusement l’attention des enfants. Malgré ces difficultés, nous nous sommes amusés. Ana  a tenu son rôle, ambivalent mais au combien précieux, celui d’une assistante acariâtre, tenant d’une main de fer un public déchaîné, elle, la petite bonne femme clown.  Ana a cette capacité à prendre et restituer ce qu’on exige d’elle sur scène, c’est incroyable. Avec cette nature elle trouvera son chemin, j’en suis certain celui de sa liberté et de son épanouissement artistique. A la fin du spectacle, les enfants sont venus nous féliciter, le message de Noel est passé. Ce que j’ai compris  : ce moment magique de Noel  ne  brille pas de la même façon pour tous les enfants, mais il brille….chouette  !

Vive Ana, vive le clown !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

SARLAT dans la rue

Un moment fantastique dans la rue au contact de maîtres des cercles (ceux qui font affluer les spectateurs qui à priori n’ont pas prévu de rester)…..Quelques commentaires à venir

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire