Michel Dallaire

Il est mort, Michel, je me sens orphelin…………!

Boréal

En jeu, de vertige, imposer, on respire
Ressens, reprend, puis donne, sois
Reçois, attend, suspend et va
Nourriture pour Léon, corps en jeu, abandon
Catharsis, mais pas que
Corps en jeu, tordu, moche, tentative, on s’approche
Rituel, un bonjour, quelques preuves d’amour
Du céleste, de la terre, un moment, c’est à vous
Monsieur, votre tête, c’est cela, nous y sommes
Pour y croire, c’était vous, je commence mes devoirs
C’est du clown, avec vous
Avec toi, Michel

michel

DALLAIRE

 

mdallaire

Ce  grand type degingandé qui d’entrée, vous dit qu’il  vous aime, il ne le dit pas vraiment, on le sent, son enseignement est exceptionnel  dans le sens ou il livre tout,  donne tout de ses connaissances. En stage, il s’imprègne de chacun d’entre nous,  ressent ce que nous ressentons ou ce que nous devrions ressentir, son acuité est imparable et quand il livre un mini combat de clowns, il demande de l’engagement, il est vainqueur à plates coutures  dans la conviction, il dit, demande, redemande, martèle, conduit. Soudain  son corps se tort, le pantomime s’agite, on sait alors qu’il est encore loin pour nous ce clown, celui qui n’accepte pas de passer par ces étapes de travail, de travail

Un site utilisant WordPress