Centrage du clown

Le centrage du clown

Plaisir, présence sur scène, clown, centre, personnage, Christophe Martin, liberté, amour.. Voilà je pose un je retiens 2, oui, toutes les pièces du puzzle sont réunies, je décide de comprendre grâce à l’éclairage d’Edmond Morsilli rencontré le vendredi 22 février 2013  à Lyon  pourquoi le plaisir du jeu disparaît, pourquoi le personnage est une prison, pourquoi, alors que tous les éléments sont identifiés, je ne trouve pas de  solution à ce puzzle artistique.J’en arrive au constat qu’un  puzzle reconstitué n’est pas la solution, il n’y a pas dans l’exercice du clown de rationalité, de paramètres définis dont on peut admettre que ce sont les variables d’une équation. Nous ne pourrons pas considérer  qu’au bout du compte le rubixcube clown retrouvera ses facettes égales, visibles, intelligibles, compréhensibles, dans l’empirique moment de la logique du jeu. Quand bien même nous tenterions d’aboutir à cette solution, nous serions en face, du  centrage du clown, oui,  le centre. Le centre, alors que le clown est excentré (excentrique) comme nous le savons, d’autres notions connexes apparaissent ainsi prison ou contraintes, puis  liberté…..