Muerte muerte

Préambule

La mort marche en habit noir, capuche fluide et égère, un bâton de pèlerin en main qu’elle plante à chaque pas. Le bedeau, arborant une corde de pendu,  est chargé d’une boite à élixirs. Il annonce le passage de la mort, avec un hygiaphone récalcitrant, Un son lugubre se fait entendre à la radio, dont le bedeau tente de régler la fréquence Le bedeau s’adresse aux gens qu’il croise, dans un langage incomprehensible

Un site utilisant WordPress